Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 août 2014 5 29 /08 /août /2014 09:38
Crâne allongé de Paracas
Crâne allongé de Paracas

.

Première analyse de l'ADN du crâne allongé de Paracas révélée – avec des résultats incroyables

Publié le 10 Février 2014

 

Paracas est une péninsule désertique située dans la Province de Pisco dans la région de l'Ica, sur la côte sud du Pérou. C'est ici qu'un archéologue péruvien, Julio Tello, a fait une découverte étonnante en 1928 – un cimetière contenant des tombes remplies avec les restes de personnes avec des crânes allongés - une des découvertes les plus complexes et importantes trouvées n'importe où dans le monde.

 

Les "crânes de Paracas'

 

Au total, Tello a trouvé plus de 300 de ces crânes allongés, qui sont censés remonter à environ 3 000 ans. Une analyse de l'ADN a maintenant été réalisée sur l'un des crânes et Brien Foerster expert a publié des informations préliminaires concernant ces crânes énigmatiques.

 

Il est bien connu que la plupart des cas d'allongement du crâne est le résultat de la déformation crânienne, technique d'aplatissement de la tête, dont le crâne est délibérément déformé en appliquant une force contraignante sur une longue période de temps.

Il est habituellement réalisé en liant la tête entre deux morceaux de bois.

Cependant, alors que la déformation crânienne modifie la forme du crâne, il n'altère pas son volume, poids ou autres éléments qui sont caractéristiques d'un crâne humain normal.

 

Les crânes de Paracas, sont différents

 

Le volume crânien est jusqu'à 25 % plus grand et plus lourd que les crânes humains classiques, ce qui signifie qu'ils ne pourraient pas avoir été intentionnellement déformés par le biais de liaison/aplatissement.

Ils contiennent également une seule plaque pariétale, plutôt que deux.

Le fait que les caractéristiques de ces crânes ne soient pas le résultat de la déformation crânienne signifie que la cause de l'allongement reste un mystère toujours pas élucidé.

M. Juan Navarro, propriétaire et directeur du musée local d'histoire de Paracas, qui abrite une collection de 35 des crânes de Paracas, a autorisé le prélèvement d'échantillons de 5 des crânes.

Les échantillons étaient constitués de cheveux, y compris les racines, une dent, des os de crâne et de la peau, et ce processus a été soigneusement documenté par des photos et des vidéos.

Des échantillons de trois crânes ont été envoyés à l'analyse, bien que le généticien n'a pas eu connaissance sur ce qu'il devait rechercher, pour ne pas créer des idées préconçues.

Les résultats de l'analyse de l'ADN de l'un des crânes sont maintenant de retour, et Brien Foerster, auteur de plus de dix livres et expert sur les crânes allongés d'Amérique du Sud, vient de dévoiler les résultats préliminaires de l'analyse.

 

La conclusion est sans appel

 

L'ADN mitochondrial présente des mutations inconnues sur n'importe quel homme, primate ou animaux connus à ce jour.

Mais quelques fragments, séquencés de cet échantillon indiquent que si ces mutations persistent, nous avons à faire à une nouvelle créature humanoïde, très éloignée de l'Homo sapiens, les Néandertaliens et les Denisovans.

Les implications sont évidemment énormes. « Je ne suis pas sûr qu'il rentre même dans l'arbre évolutionnaire connu, » a écrit le généticien. Il a ajouté que si les individus de Paracas étaient si biologiquement différents, ils n'auraient pas pu se croiser avec les humains.

Le résultat de cette analyse est la première phase de nombreuses phases d'analyses qui doivent avoir lieu.

 

Par April Holloway

http://www.ancient-origins.net/news-evolution-human-origins/initial-dna-analysis-paracas-elongated-skull-released-incredible#.UvJA_gmoTFM.facebook

Traduction David Jarry ©2014

L’étrange culte de la déformation rituelle des crânes est présent dans de nombreuses civilisations préhistoriques. Dans l’ancienne Egypte, en Orient, en Chine et en Amérique du Sud. Même dans l’est de l’Autriche, des découvertes du 5e siècle attestent de cette coutume. Qu’est-ce qui incitait les hommes du monde entier à déformer les délicats crânes de leurs enfants ?

 

Pour lire l'article complet en version originale (anglais), veuillez cliquer sur le premier  lien ci-dessous. D'autres articles ci-dessous peuvent vous interesser.

Ces crânes sont-ils ceux d'ancêtres des Simpsons

Crâne allongé des Simpsons

Crâne allongé des Simpsons

Partager cet article

Repost 0
28 septembre 2013 6 28 /09 /septembre /2013 04:35

entelognathus-primordialis-le-poisson-a-machoires-osseuses-.jpg

 

 

Un petit poisson fossile qui pourrait redessiner l'origine des vertébrés

 

 

 

Une équipe internationale a étudié le fossile d'un poisson découvert en Chine en 2010, Entelognathus primordialis, et suggère, pour l'ensemble des vertébrés, une origine différente de celle généralement admise jusqu'à présent. 

Une équipe de paléontologues chinois, américains et suédois a longuement 'restauré' et étudié le fossile d'un poisson de 20 cm appelé Entelognathus primordialis, découvert en 2010 dans la province du Yunnan (Chine: en rouge sur la carte) et vieux d'environ 420 millions d'années (Silurien supérieur).

 

YunannCapture.PNG

 

Il s'agit d'un placoderme, une classe éteinte de poissons cuirassés. Et - surprise ! - ce poisson, antérieur à la date vers laquelle la communauté scientifique situait généralement l'apparition des animaux à squelette osseux,... possède déjà des mâchoires osseuses.

Ses os crâniens et ses maxillaires en font ainsi le plus ancien animal pourvu de mâchoires articulées. De quoi remettre en question une théorie largement admise, selon laquelle les Ostéichtyiens - un vaste groupe zoologique qui comprend tous les vertébrés à squelette osseux, ainsi que les poissons à squelette cartilagineux - raies et requins - dérivaient tous de poissons à squelette lui aussi cartilagineux.

Dans ce modèle, requins et raies auraient conservé ce trait anatomique, tandis que d'autres poissons auraient évolué vers un squelette osseux (arêtes) puis engendré tous les tétrapodes (vertébrés terrestres, dont l'homme).

L'ancêtre direct de tous les tétrapodes ?

Or, le nouveau fossile, Entelognathus primordialis, pourrait être, sinon l'ancêtre direct de tous ces animaux, du moins l'un de ses proches cousins ou descendants. Le véritable ancêtre, lui aussi, devait donc forcément être déjà doté de ce trait observé chez Entelognathus et qui étonne tant ses découvreurs : une mâchoire osseuse. La lignée dont découle tous les vertébrés - osseux aussi bien que cartilagineux - possédait donc déjà un squelette osseux, estiment les auteurs de la nouvelle étude. Ce seraient donc plutôt les requins et les raies qui auraient ‘abandonné’ ce trait pour adopter un squelette cartilagineux - et non l’inverse. "L'holotype [ou spécimen type] de Entelognathus a été trouvé en 2010, mais la majorité de l'échantillon était enterré. Avant sa préparation en laboratoire, nous n'avions pas prêté une attention particulière à ce spécimen", explique le Dr Min Zhu, de l'Institut de paléontologie des vertébrés de l'Académie chinoise des sciences. "Les Ostéichtyiens n'ont pas acquis leur squelette osseux (…) : ils l'ont tout simplement hérité. Le dernier ancêtre commun de tous les vertébrés à mâchoires (les Gnathostomes), nous y compris, était un placoderme similaire à Entelognathus", conclut de son côté Brian Choo, de l'Institut de Paléontologie des Vertébrés de Pékin.


 http://www.maxisciences.com/poisson/un-petit-poisson-fossile-qui-pourrait-redessiner-l-origine-des-vertebres_art30912.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Doc de Haguenau - dans Archéologie-Paléontologie
commenter cet article
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 12:54

8224419147_208eca0aa5.jpg

 

Cloner un «bébé Néandertal» : rêve ou réalité ?

 

 

C’est ce que titre Le Parisien, qui explique : « Tout est parti d'une interview accordée au Der Spiegel le 18 janvier : George Church, un généticien de renom, y dissertait sur la possibilité de recréer un homme de Neandertal, évoquant «une femme aventureuse» capable de jouer le rôle de mère porteuse pour ce bébé un peu particulier. Depuis, la presse mondiale reprend ses propos, les déforme et les amplifie... ». Le journal s’interroge : « Qu'en est-il exactement ?

Est-il possible dès aujourd'hui de redonner naissance à cette lignée de lointains cousins disparus il y a 30.000 ans ? ».

 

Le Parisien note que « selon le scientifique, le séquençage du génome néandertalien a déjà été réalisé à partir de fragments d'os. Il suffirait alors de le couper en 10.000 morceaux, de synthétiser le tout avant de l'introduire dans une cellule souche humaine. […] On pourrait ainsi obtenir une cellule souche embryonnaire proche de celle de Néandertal, qu'il serait possible de placer dans l'utérus d'une femme... ».

 

Le Parisien relève cependant qu’hier, l’enseignant à Harvard « a tenu à nuancer ses propos auprès du Boston Herald, affirmant qu'il n'avait jamais lancé d'appel pour trouver une mère porteuse, tout en répétant qu'«une telle entreprise de clonage pourrait être possible un jour» ».

 

Le quotidien interroge le généticien Axel Kahn, qui précise qu’« aujourd'hui, il y a deux techniques de clonage.

-L'une consiste à récupérer une cellule vivante d'un animal, à prendre son noyau et à la transporter dans un ovocyte de la même espèce ou d'une espèce "assimilée".

-Deuxième technique, celle des cellules souches induites, qui permet de transformer n'importe quelle cellule vivante en cellule souche embryonnaire à partir de laquelle on peut obtenir un "clone". Mais dans les deux cas, il faut une cellule vivante, pas seulement de l'ADN, et il n'existera jamais de cellule vivante de Néandertal ».

 

« Seule hypothèse qu'envisage notre scientifique : la mutagénèse », car « on peut toujours tout imaginer… Il s'agirait de réaliser des mutations dans l'ADN d'Homo sapiens pour qu'il ressemble à celui de Néandertal. Ce n'est pas totalement impossible mais c'est extrêmement compliqué parce qu'il y a des milliers de différences entre les deux espèces », poursuit le généticien, qui conclut qu’« aujourd'hui, cloner un homme de Néandertal est scientifiquement impossible et ce sera encore le cas pour bien des années. On ne sait même pas si ce sera possible un jour ».

 

Sciences et Avenir aborde aussi le sujet, notant qu’« alerté par les coups de fils qu'il ne cesse de recevoir depuis hier, George Church affirme que la presse qui a relayé l'information […] a commis une triviale erreur de traduction. […] Dans l'interview au Spiegel, le professeur expliquait qu'il considérait comme "théoriquement possible" qu'un jour nous puissions cloner un homme de Néandertal. […] Mais qu'il faudrait commencer par créer une femme Néandertal, qui puisse recevoir ensuite des fœtus et accoucher d'eux... ».

 

« Le reste ne serait que mauvaise interprétation et mauvaise traduction de ses dires, le tout repris et déformé pour en arriver à cette histoire d'utérus et de recherche de femme volontaire... Pire : le professeur affirme ne pas du tout être favorable à un tel projet ! », poursuit Sciences et Avenir.

 

Laurent Frichet Médiscoop Tsavopresse 23 janvier 2013

Partager cet article

Repost 0
Published by Doc de Haguenau - dans Archéologie-Paléontologie
commenter cet article
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 05:50

bbe2712e-491c-11e2-9435-377008ce494f-493x328.jpg

 

Le pharaon Ramsès III serait mort la gorge tranchée

 

Le pharaon Ramsès III, dont la mort est restée un mystère pour les historiens pendant des siècles, a eu la gorge tranchée, résultat d'une conspiration de son épouse et de son fils, suggère un nouveau rapport d'experts.

Des scanners ont permis de révéler une profonde entaille, dissimulée par les bandages entourant la gorge du pharaon momifié, qui n'ont pas pu être ôtés pour des raisons de préservation.

"En fin de compte, nous avons résolu avec cette étude un important mystère de l'histoire de l'Egypte ancienne", a déclaré Albert Zink, un spécialiste des momies, qui a dirigé les recherches au Musée égyptien au Caire.

Au cours de leurs investigations, des membres de l'équipe ont localisé une petite amulette enserrée dans la blessure du roi, probablement placée là par les embaumeurs qui pensaient que le souverain pourrait ainsi être soigné dans l'au-delà, souligne Albert Zink.

Ramsès III, présenté comme le dernier grand pharaon du Nouvel Empire, a régné à peu près entre 1186 et 1155 avant Jésus-Christ. La cause exacte de sa mort fait l'objet de vifs débats entre historiens.

Des papyrus conservés au Musée égyptien de Turin relatent "la conspiration du harem", menée par Tiyi, une de ses épouses, pour le tuer et mettre son fils Pentaour sur le trône. D'après ces textes, le complot a semble-t-il échoué et tous ceux qui y ont pris part ont été punis.

Lors des investigations dirigées par Albert Zink, une autre momie, découverte dans la chambre mortuaire de Ramsès III mais qui n'avait pas été identifiée, a fait l'objet d'une étude génétique qui a permis d'établir qu'il agissait d'un des parents du pharaon, peut-être de Pentaour. D'après les chercheurs, l'inconnu est sans doute mort pendu.

"En outre, il n'était pas embaumé de façon habituelle. Ses organes n'ont pas été enlevés et il était enveloppé dans une peau de chèvre, chose considérée comme impure dans l'Egypte ancienne", explique Albert Zink.

Selon lui, Pentaour a peut-être été poussé au suicide après la conspiration.

Catherine Hornby; Danielle Rouquié pour le service français News Yahoo Reuters 18-12-2012

Des bandelettes de tissu entourent le cou de la momie de Ramsès III.Crédits photo : Musée du Caire

http://fr.news.yahoo.com/le-pharaon-ramsès-iii-serait-mort-la-gorge-190318736.html

 

http://www.lefigaro.fr/sciences/2012/12/18/01008-20121218ARTFIG00579-le-pharaon-ramses-iii-a-eu-la-gorge-tranchee.php

Partager cet article

Repost 0
Published by Doc de Haguenau - dans Archéologie-Paléontologie
commenter cet article
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 06:53

Une momie qui prouve l'existence des

extraterrestres ?



 

 

une-momie-qui-prouve-l-existence-des-extraterrestres_63310_.jpg

Un crâne étrange momifié sème le trouble parmi les anthropologistes... Devant ses étrangetés, certains y voient la preuve de l'existence des extraterrestres.

La forme d'un crâne momifié retrouvé au Pérou met en ébullition la sphère scientifique. Cette tête, trouvée dans la ville de Andahuaylillas dans la province du sud Quispicanchi, est très grande, 50 centimètres, soit autant que le reste du corps. "Les cavités oculaires, quant à elles, sont bien plus grandes que celles que l’on observe normalement chez les êtres humains"a confié le chercheur Renato Davila Riquelme au Daily Mail. Encore plus étonnant, la fontanelle (l'espace compris entre les os du crâne d’un nourrisson) est présente sur le crâne retrouvé en même temps que deux grandes molaires qui elles ne se trouvent que chez l'adulte.

Il ne faut pas plus pour que certains chercheurs, comme Renato Davila Riquelme déclarent qu'il pourrait s'agir de la tête d'un extraterrestre ! "Ce n’était pas un être humain", affirme-t-il. "L’évaluation est certes encore superficielle, mais les caractéristiques du crâne ne correspondent à aucun groupe ethnique connu". Des études supplémentaires vont être menées. Les restes d'un globe oculaire droit devrait aider à déterminer son ADN et donc à mettre un point final - ou pas - à la controverse. Pour l'instant, deux autres chercheurs ont confirmé cette théorie... Une tête intrigante en somme, qui possède d’étranges similitudes avec certaines représentations de personnages extraterrestres.

L'autre explication à ce crâne étrange est plus prosaïque. Pour certains, le crâne a été déformé de manière artificielle, comme une marque tribale. En effet, dans beaucoup de tribus tout autour du globe (que ce soit les Mayas, les Indiens et les Aborigènes), la tête de l'enfant était déformée progressivement en la serrant des linges ou entre deux pièces de bois pour représenter son futur statut social. Elle pouvait prendre, selon, une forme ronde, plate ou conique.

News Yahoo gentside.com/extraterrestre 22-11-2011

Partager cet article

Repost 0
Published by Doc de Haguenau - dans Archéologie-Paléontologie
commenter cet article
18 décembre 2010 6 18 /12 /décembre /2010 08:00

 

Les hommes de Néanderthal étaient cannibales


«Imaginez qu'un membre de votre groupe meurt. Le corps peut vous obliger à ne pas chasser pour un jour, ce qui était toujours dangereux à l'époque, et puis que faire avec le corps mort, qui pourrait attirer des carnivores dangereux qui pourraient attaquer le groupe. Cela pourrait être une bonne solution.»

Pour déterminer quelles traces les humains laissent quand ils mâchent ou rognent des os, les chercheurs ont fait manger à quatres groupes d'Européens des côtelettes de porc et de la viande d'agneau bouillie, en leur demandant de ne laisser que les os propres (et donc de grignoter ces derniers). Les scientifiques ont aussi étudié des os mâchés dans les années 1960 par un peuple de Namibie qui ne cuisait pas sa nourriture autant que les Européens, et analysé des collections d'os fossilisés d'anciens sites d'hominidés en Espagne, en Grande-Bretagne et dans la région du Caucase.

Ils en ont conclu que les traces humaines laissaient un motif distinct de celui d'autres animaux (par exemple, les animaux carnivores ne plient pas le bout d'un os ou ne laissent pas les égratignures de nos incisives). Ce motif même qui a été retrouvé sur des os humains. Et puisque le fait de mâcher un os sous-entend que celui qui mange essaye d'atteindre jusqu'à la moelle et aux plus petits lambeaux de viande, ces marques supposent également que ce cannibalisme était nutritionnel et ne faisait pas partie d'un rituel.

En plus de nous apprendre que nos ancêtres étaient parfois cannibales, le fait de pouvoir distinguer les traces de dents humaines de celles d'animaux carnivores sur des os permet aussi d'en savoir plus sur ce qu'ils mangeaient: les scientifiques ont ainsi découvert que les Homo habilis mangeaient du hérisson, et qu'ils se servaient d'outils pour le déguster. Les hommes de Néanderthal semblent avoir eu comme habitude de consommer des bébés de mammifères marins (évitant les adultes, plus dangereux).

Slate.fr News Yahoo 16/12/2010

Partager cet article

Repost 0
13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 07:00

 

Les archéologues déterrent les restes d'une statue égyptienne vieille de 3.400 ans

 

 

L'un des colosses de Memnon, représentant Amenhotep III

L'un des colosses de Memnon, représentant Amenhotep III

Égypte - Les archéologues ont déterré la partie supérieure de ce qui semble être une double statue en calcaire, représentant un puissant pharaon qui a régné il y a 3.400 ans.

Le ministre égyptien de la Culture a déclaré que l’équipe de chercheurs égyptiens avait découvert une statue d’Amenhotep III à Kom el-Hittan, sur le site d’un temple mortuaire pharaonique situé au sud de la ville de Louxor.

La statue mesurant près de 1,3 mètre proviendrait de l’un des temples de la rive ouest du Nil à Louxor. Elle met en scène Amenhotep III portant la double couronne ornée d’un uræus, cobra femelle de l'Égypte ancienne traditionnel parmi les symboles royaux. Il siège sur un trône aux côtés du dieu-bélier adoré jadis à Thèbes, Amon.

Amenhotep III fut le grand-père de l’un des pharaons les plus connus de tous : Toutankhamon. Il régnait  au XIVe siècle avant J.-C. sur un territoire qui s’étendait de la Nubie à la Syrie.
Le temple dédié au pharaon est, au grand dam des chercheurs, en partie détruit probablement à cause des crues. Il n'en reste que quelques ruines, au pied desquelles les archéologues avaient déjà déterré, en mars 2009, deux statues du pharaon en granite noir.

maxisciences.com 09/09/2010

Partager cet article

Repost 0
6 septembre 2010 1 06 /09 /septembre /2010 07:00

 

Un squelette vieux de 10.000 ans mis au jour dans une grotte sous-marine

 

le-squelette-du-garcon-decouvert-dans-la-grotte-sous-marine.jpg

 

Mexique – Des plongeurs viennent de remonter d’une caverne inondée un squelette humain âgé de 10.000 ans. Pour les chercheurs de l’université nationale du Mexique, cet aïeul confirme et renforce l’hypothèse de l'origine asiatique des premiers Américains.

Des os des bras et des jambes, des vertèbres, des côtes, le crâne et plusieurs dents, le tout  extrêmement bien conservé : c’est 60% du squelette d'un garçon vieux de cent siècles que les plongeurs viennent de remonter d’une caverne inondée par la mer, dans l’État de Quintana Roo, à l’est du Mexique. Découvert par deux plongeurs spéléologues allemands à huit mètres de profondeur en 2006, les restes étaient depuis étudiés in situ par les anthropologues de l’université nationale autonome du Mexique, qui ont décidé de les faire transférer en surface pour une étude plus approfondie.

La position du corps, une jambe repliée vers la gauche et les bras étendus de part et d’autre du tronc, suggère une sépulture datant du Pléistocène supérieur, époque où le bas niveau de la mer permettait l’accès à la grotte. Ces restes attesteraient de l'origine du sud-est asiatique pour certaines populations américaines, qui semblent être arrivées avant celles connues et regroupées sous le nom de "peuple de la culture Clovis" supposées, elles, avoir migré d’un continent à l’autre via le détroit de Béring, il y a 14.000 ans.

maxisciences.com 26/08/2010

Partager cet article

Repost 0
21 juillet 2010 3 21 /07 /juillet /2010 09:00

 

Un bateau datant du XVIIIe siècle a été retrouvé sur le site du World Trade Center

 

New-York, États-Unis - Les restes d'un navire ont été retrouvé neuf mètres sous terre sur le site du World Trade Center.

Les restes d'un navire datant du XVIIIe  siècle ont été retrouvés sur le site du World Trade  Center. Le mardi 13 juillet, la coque mesurant 10 mètres de long a été découverte à neuf mètres sous terre. 

D'après le New York Times, un expert a déclaré que le bateau naviguait sur l'Hudson et devait être utilisé durant les grands travaux de remblai de l'île de Manhattan.

Pour dater les restes avec précision, des échantillons de bois seront envoyés à un laboratoire afin d'être analysés. Les travaux en cours sur le site des attentats du 11 septembre ne pouvant être ralentis, les scientifiques doivent se dépêcher. Le bois qui constitue la coque du bateau se dégrade en effet rapidement au contact de l'air.

La zone d'excavation sur le site des travaux n'avait pas été creusée depuis les années 60-70 à l'époque des premières Tours Jumelles.

Archéologue dépêché sur place, M.Pappalardo a déclaré que le vaisseau tout entier devait être trois à quatre fois plus grand que les restes qui ont été mis à jour. Ses hommes et lui pensent que le bateau, qui daterait du milieu du XVIIIe siècle,

avait été délibérément été démantelé et pourrait avoir été réutilisé à d'autres fins. Les ouvriers ont aussi pu déterrer une ancre de 45 kg dans la même zone un peu plus tard mais il n'est pas sûr qu'elle appartienne au même navire.
Zigonet News Yahoo 17/07/2010 

Partager cet article

Repost 0
31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 07:00

 

Des poils vieux de 100 millions d'années découverts dans l'ambre

France - Des poils de mammifères vieux de 100 millions d'années ont été retrouvés fossilisés dans l'ambre d'une carrière de Font-de-Benon en Charente-Maritime d'après la revue Naturwissenschaften.

 

 

 

Il s'agit des plus vieux poils découverts à ce jour dans un tel état de conservation. D'après les chercheurs de l'université de Rennes (CNRS), ils auraient pu appartenir à un mammifère de la taille d'une souris et seraient identiques à ceux des mammifères de notre époque.

Une constatation qui permet aux chercheurs d'affirmer que la structure actuelle du poil est établie depuis très longtemps.

Les restes d'un insecte ont également été retrouvés dans le même dépôt de résine fossile. Ils pourraient appartenir à une mouche venue se nourrir du mammifère en décomposition.

Pour l'heure, il est impossible de savoir exactement à quel animal appartenaient ces poils, même si les dents des plus vieux marsupiaux d'Europe ont été découverts l'année dernière dans cette même grotte.

Maxisciences News de stars  News Yahoo 29/05/2010

Partager cet article

Repost 0

STOP TABAC & ANTI-SMOKING THERAPY

Et si vous arrêtiez de fumer? Ne repoussez pas tout le temps la décision à demain, une fois les complications arrivées, vous vous direz si seulement j'avais arrêté...

http://www.dorffer-patrick.com/article-sevrage-tabagique-j-arrete-de-fumer-mais-c-est-dur-tres-dur-65570244.html

 

The session consists first in a group therapy, and then in individual mesotherapy injections under the skin, with a small needle at both ears.
The mixture injected is purely homeopathic, it causes the disgust of the cigarette, he fought against the urge to smoke, irritability, and against the craving.
One session is required in almost all cases. 

Nicotine withdrawal by homeopathic mesotherapy 

Recherche

Disclamer-Contenu du site

Tous les articles, images, vidéos, blagues, photos... présents sur ce site proviennent soit de moi, soit d'autres sites Web comme le mien, soit bien souvent m'ont été envoyés par Email.

Elles n'ont pas à ma connaissance de Copyright, et je ne connais pas le nom de leurs auteurs la plupart du temps.

Par ailleurs, l'essentiel du contenu de ce site est déjà largement diffusé sur le Net, et je suis ainsi bien incapable de déterminer son origine exacte.

Toutefois, si vous êtes l'auteur et ne désirez pas qu'une de vos créations apparaissent sur ce site, contactez moi par courriel, et je les retirerais.

Si vous possédez des droits sur des images, des vidéos... et, si vous désirez qu'ils ne soient publiés sur ce site, veuillez me prévenir par mail, je m'engage à les retirer dès réception de votre demande.

Il en résulte que le Site décline toutes responsabilités quant à l'utilisation qui pourrait en être faite par autrui.

 

">

Pages

J'adore la vie, l'humour, et bien plus

J'adore la vie, l'humour, les critiques objectives ou parfois pas, une soif d'informations. Je râle, je pousse des coups de gueule, je m'exprime, j'informe.

Météo Strasbourg

Info circulation