Altercation à l'entraînement dimanche avec Domenech, Evra et Duverne (20 juin 2010)

Altercation à l'entraînement dimanche avec Domenech, Evra et Duverne (20 juin 2010)

 
Les Bleus ont refusé de s'entraîner dimanche pour protester contre l'exclusion d'Anelka

Les joueurs s'opposent de manière unanime à la décision de la FFF d'exclure Nicolas Anelka, a déclaré à la presse le sélectionneur Raymond Domenech en lisant un communiqué des joueurs.

Avant d'anuler cet entraînement, un incident avait opposé Evra, capitaine des Bleus et Robert Duverne, le préparateur physique.
 

Patrice Evra avait dénoncé samedi la présence d'un traître après la divulgation des propos de son co-équipier "Le problème de l'équipe de France n'est pas Anelka mais le traître qui est parmi nous. Il faut éliminer ce traître du groupe" a déclaré le capitaine de l'équipe de France.

Ces propos faisaient allusion aux insultes proférées par l'attaquant à l'encontre de Raymond Domenech à la mi-temps du France-Mexique et révélées samedi par le journal  l'Equipe.

Nicolas Anelka reconnaît "une discussion houleuse avec le sélectionneur", accepte son exclusion de l'équipe de France mais affirme que les  propos rapportés par le quotidien sportif l'Equipe ne sont pas les siens, dans un entretien exclusif accordé samedi au quotidien France-Soir et reproduit sur le site du journal. 

20/06/2010 Info France 3

 

 

Anelka: "J'ai du respect pour l'Équipe de France"

Exclu de l'équipe de France samedi, suite à ses propos injurieux tenus à l'encontre de Raymond Domenech lors de la mi-temps de France-Mexique (0-2), Nicolas Anelka a accepté de se confier sur le site internet de France-Soir. Réfutant avoir tenu les insultes relayées dans la presse, l'attaquant de Chelsea regrette que cette affaire soit sortie du vestiaire des Bleus à qui il "souhaite bonne chance" pour leur match décisif contre l'Afrique du Sud.

 
Au coeur d'une tempête médiatique, suite au relais via le quotidien L'Equipe du clash qui l'a opposé à son sélectionneur Raymond Domenech jeudi soir à la mi-temps du match face au Mexique, Nicolas Anelka a décidé de s'exprimer, à travers le site internet de France-Soir, quelques minutes seulement après l'annonce de son exclusion de l'équipe de France. L'attaquant des Bleus, d'un naturel peu bavard, n'a d'ailleurs pas voulu trop en dire à chaud à notre confrère Arnaud Ramsay.
"J'ai beaucoup de respect pour l'équipe de France, j'ai également beaucoup de respect pour tous mes coéquipiers sans exception, j'insiste là dessus. L'équipe de France a une grosse échéance mardi prochain contre l'Afrique du Sud, avec encore une qualification possible dans cette Coupe du monde. C'est la raison pour laquelle je préfère ne pas m'exprimer pour le moment.
Mais je tiens à préciser que les mots qui sont sortis dans la presse ne sont pas mes mots."

"Cela n'aurait jamais dû sortir du vestiaire"

Sans renier avoir eu une altercation avec Domenech, Anelka dément avoir prononcé les insultes « Va te faire enculer, sale fils de pute ! » qui font la Une de L'Equipe ce jour. "J'ai eu certes une discussion houleuse avec le sélectionneur mais elle s'est déroulée dans le secret du vestiaire, entre le coach et moi, devant mes partenaires et le staff, raconte-t-il avant de regretter que cette dispute ne se répande au-delà des murs. Cela n'aurait jamais dû sortir du vestiaire. Je ne sais pas à qui cela peut faire du bien de répandre de telle choses mais certainement pas aux Bleus. Mon but n'a jamais été de déstabiliser l'équipe de France, une institution que je respecte. J'accepte mon exclusion de l'équipe de France et je souhaite bonne chance aux Bleus contre l'Afrique du Sud." Pas sûr que ses mots suffisent à apaiser la colère de l'opinion publique. Anelka, qui pourrait donc en dire plus une fois l'aventure sud-africaine terminée, a-t-il encore vraiment des arguments à plaider pour sa défense ?
sports.orange.fr Par Régis AUMONT 19/06/2010