Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 septembre 2016 5 30 /09 /septembre /2016 10:13

Comment occuper vos enfants

pendant les congés scolaires

de la Toussaint, de Février ou de Pâques?

Un stage de football à #Haguenau ?

 

Stages de foot Rouge & Bleu au FR Haguenau pendant les congés

Faites vivre à vos jeunes leur passion du #foot dans des conditions exceptionnelles à #Haguenau.

Le FR Haguenau propose pendant les #vacances scolaires de la Toussaint aux jeunes sportifs de 7 à 15 ans son Stage Rouge & Bleu.

Entre apprentissage, perfectionnement et amusement, le programme varié et ludique imaginé par le FR Haguenau séduira tous les passionnés du ballon rond. Les éducateurs diplômés du club accueilleront vos enfants du Lundi 24 au Vendredi 28 octobre de 8 h à 17 h, pour une belle expérience footballistique.

Tous les renseignements sont disponibles sur le lien suivant : Stages Rouge & Bleu

D'autres  #Stages Rouge & Bleu sont également proposés par le Club pour les vacances scolaires d'hiver et de Pâques.

 

Cliquez sur le lien ci-contre pour le bulletin d'inscription
http://www.frhaguenau.fr/news_details.php?news=29102

 

 

 

Téléchargement de la fiche d'inscription :

 #fiche d'inscription au stage

 

 

Stages de foot Rouge & Bleu au FR Haguenau pendant les congés
Stages de foot Rouge & Bleu au FR Haguenau pendant les congés
Stages de foot Rouge & Bleu au FR Haguenau pendant les congés

Partager cet article

Repost 0
14 mars 2016 1 14 /03 /mars /2016 06:30

Héros national, le Hans im Schnogeloch est le symbole de l'alsacien, tiraillé depuis toujours entre deux nationalités, entre deux cultures, n'arrivant pas à se décider pour l'une pour l'autre, reconnaissant des avantages à l'une, voyant les inconvénients de l'autre.

Humour Alsacien: De Hans im Schnokeloch

Observe bien les humains, en fait pas que les Alsaciens:

 

 


- Le marié veut divorcer, le célibataire veut se marier ...


- Le chômeur veut travailler, le travailleur en a marre de son travail

 

- Le pauvre veut devenir riche, le riche est prisonnier de sa richesse

- Le célèbre se cache, le frustré veut être vu.


- Le noir veut devenir blanc, le blanc cherche à bronzer ...

 

 

Chanson alsacienne:

 

D’r Hans im Schnòckeloch hät àlles, wàs er will !
Un wàs er hät, dess will er nit,
Un wàs er will, dess hät er nit.
D’r Hans im Schnòckeloch hät àlles, wàs er will !

 

D’r Hans im Schnòckeloch sajt àlles, wàs er will !
Wàs er sajt, dess dankt er nit,
Un wàs er dankt, dess sajt er nit,
D’r Hans im Schnòckeloch sajt àlles, wàs er will !

 

D’r Hans im Schnòckeloch màcht àlles, wàs er will !
Wàs er màcht, dess soll er nit,
Un wàs er soll, dess màcht er nit.
D’r Hans im Schnòckeloch màcht àlles, wàs er will !

 

D’r Hans im Schnòckeloch geht ànne, wo er will !
Wo er isch, dò bliebt er nit,
Un wo er bliebt, dò gfàllts im nit.
D’r Hans im Schnòckeloch geht ànne, wo er will !

 

Jetzt het d’r Hans sò sàtt
Un isch vom Eland màtt.
Lawe, majnt er, kànn er nit,
Un sterwe, sajt er, will er nit.
Er springt züem Fenschter nüss,
Un kommt ins Nàrrehüss.

Partager cet article

Repost 1
7 février 2016 7 07 /02 /février /2016 07:59

Le monument du 16 mars 1945

Haguenau: Stèle du franchissement de la Moder par les Américains

 

Le monument du 16 mars 1945 à Haguenau célèbre le jour anniversaire du franchissement de la Moder par les Américains et de la libération définitive de la ville des allemands nazis.

 

La première pierre de ce monument est posée le 16 mars 1946, en présence du général de Lattre de Tassigny et du général américain Smith. L’inauguration a lieu le 14 juillet 1947. Avec son avancée triangulaire, il symbolise les chars américains fonçant vers l’autre rive ; il comporte deux bas-reliefs en bronze coulé. 

De ce monument, emporté et détruit par une crue exceptionnelle de la Moder en janvier 1955, seuls les deux bas-reliefs sont récupérés et fixés sur un support maçonné ; l’un représente le passage de la Moder par les chars américains, l’autre porte un texte commémoratif.

LA MODER

LA MODER

Haguenau: Stèle du franchissement de la Moder par les Américains
MONUMENT DU 16 MARS 1945
Matériaux
Pierre, bronze coulé
Créateurs
Concepteur : Théo Berst
Datation
1946 - 1947

 

 

 

   La seconde Libération

Le contexte historique.

Après la première libération de Haguenau, le 11 décembre 1944, les troupes américaines poussent leur avance jusqu'à la frontière nord du Bas-Rhin.

Le 31 décembre 1944, Adophe Hitler déclenche l'opération Nordwind par laquelle il espère encercler la 7e Armée américaine et reconquérir Strasbourg. Les Américains se replient et établissent la ligne de front sur la Moder, en passant par Haguenau. Le jeudi le 25 janvier 1945, les Allemands attaquent et franchissent la Moder en face du quartier du Château Fiat en passant par l'écluse de l'usine Pickering.  

Les combats les plus durs se déroulent dans la soirée, notamment dans les premières maisons des Quatre-Vents.

Une rude bataille de chars entre la 14e Division Blindée US et la SS Panzerdivision a eu lieu au niveau des prés entre l'actuel hypermarché CORA et le camp d'Oberhoffen (au niveau de l'actuelle route du Rhin).

L'attaque allemande est bloquée à la route de Bischwiller. Le soir, Hitler abandonne l'opération Nordwind, y compris la tête de pont sur la Moder. Mais les combats ne cessent pas pour autant.
Vendredi 26 janvier, dès le matin, les Américains reprennent l'usine Pickering par un combat en corps à corps. A partir de ce moment, le front reste stable jusqu'à la libération finale du 15 mars 1945.

La 36e Division durant la Seconde Guerre Mondiale. Le franchissement de la Moder.

Au front nord, les 1e et 9e Armées américaines ont atteint le Rhin. Profitant d'une maladresse fatale allemande, les Alliés le traversent la première fois le 7 mars 1945 au pont Ludendorff près de Remagen.

Après l'établissement d'une tête de pont, le Feld-maréchal Albert Kesselring, remplaçant de Von Rundstedt en tant que commandant supérieur de l'armée allemande au front de l'ouest, dirige la suite des opérations vers d'autres secteurs.

Début mars, la 3e armée américaine avance vers le sud et encercle un grand nombre d'Allemands.

Le 15 mars, les 3e et 7e Armées américaines déclenchent une attaque dans le but de détruire définitivement les forces allemandes à l'ouest du Rhin, en Sarre et dans le Palatinat.

La 36e Division, une partie du VIe Corps, est placée au flanc de l'armée dans le secteur de Haguenau. Sur sa droite, entre celle-ci et le Rhin, on trouve la 3e Division algérienne française et à gauche la 103e Division "Cactus".

Deux objectifs sont données au 36e : briser la ligne de la défense de l'ennemi le long de la Moder pour permettre à la 14e Division Blindée d'avancer ; ouvrir une brèche dans la ligne Siegfried ; puis saisir Bergzabern et flanquer du côté droit la partie de la Ligne Siegfried face aux forces françaises.

Les Allemands ont établi une ligne de défense le long de la Moder depuis début février 1945. La Division de Haguenau se trouve face à la grande forêt au nord de la ville.

Pour que la 14e Blindée puisse avancer, il faut y tailler une vraie brèche, franchir trois rivières, la Moder, la Zinsel et la Sauer, et y jeter des ponts.

La route de Haguenau à Soultz doit être dégagée car elle sera l'axe principal d'approvisionnement du Corps. Comme elle traverse la grande forêt de Haguenau sur des kilomètres, la progression par là aurait été trop lente. L'effort principal de la Division est donc orienté vers la zone dégagée à l'ouest, au-delà de la forêt.

Sans aucune préparation d'artillerie, le 15 mars, à 1 h du matin, le 3e bataillon attaque par surprise. La Compagnie K du Lieutenant O'Dean Cox avance sur un terrain sans aucune possibilité de dissimulation ni de couverture, et fortement semé de mines antipersonnelles. La route est dégagée et le village de Bitschoffen pris tôt le matin. Repoussée trois fois, la compagnie se reforme et reprend le village, bien qu'un tiers de ses hommes soient tués ou blessés. La compagnie K reçoit la citation présidentielle pour cet acte de bravoure et le commandant de la Division dira plus tard en la remettant : "A ma connaissance, aucune unité n'a jamais autant mérité cette citation.

Sur l'extrême droite de la Division, la 141e a comme tâche de dégager Haguenau, puis d'ouvrir la route vers Soultz. Le 13 mars, quelques tentatives préliminaires sont faites pour traverser la Moder à Haguenau dans le but d'établir la tête de pont et d'y lancer un pont. À 3 h, les 1e et 15e bataillons avancent au delà de Haguenau tandis que le 2e dégage le reste de la ville. Le 3e est tenu en réserve et couvre le flanc gauche, tandis que la 36e troupe de reconnaissance garde le contact avec les Français du côté droit.

Cependant l'avance est lente. Haguenau n'est entièrement dégagée, et les lignes de défenses allemandes le long de la forêt ne sont anéanties que le 15. Par la suite, le 3e bataillon est rattaché au 16e pour dégager la route. C'était surtout un travail pour des engins mécaniques, difficile en raison des mines.Tôt le matin, les 1e et 17e bataillons sont embarqués sur des camions et quittent Haguenau ; ils passent par Mertzwiller pour contourner la forêt et attaquer la dernière résistance sur le flanc et à revers. La Sauer est traversée la nuit et Surbourg est pris. La route principale vers Soultz est ainsi ouverte. Pfc. Silvestre S. Herrera du 142e CMH a perdu les deux pieds, arrachés par une mine allemande en forêt de Haguenau. Alors que sa compagnie a cherché à se protéger du feu ennemi, Herrera a tiré vers un point d'appui allemand et l'a détruit avec des grenades et un fusil mitrailleur M-1.

Après la bataille.

Le lendemain de la Libération, les civils circulent partout librement à la recherche de parents et amis, et surtout de ravitaillement. Les Américains ont tout abandonné en quittant leurs tranchées.

Au Schloessel, le ramassage est fructueux pour le premier arrivé car on y trouve des boîtes de "rations" non entamées, des couvertures en laine, des pièces d'uniformes, des toiles de tente et même des armes et des munitions.

Les tranchées sont jonchées de petit mobilier, de tapis et de literie, matériel prélevé par les soldats dans les maisons voisines pour améliorer leur confort.

Mais ce n'est pas sans danger car de nombreux endroits sont minés et on déplore de nombreux accidents parmi les civils. Les cadavres font partie du paysage. Ceux des soldats américains sont enlevés mais il reste encore ceux des Allemands. Etant donnée l'accoutumance au danger et à la mort après ces terribles semaines, leur présence passe presque inaperçue dans ce paysage chaotique semé de décombres de toutes natures. Celui d'un jeune soldat allemand, sur la route du Château Fiat, est desséché et presque momifié, et d'autres sont dans les champs. Tout le long de la vallée de la Moder on voit des taches blanches : les cadavres de l'attaque du 25 janvier 1945 poussée dans la neige jusqu'à la route de Bischwiller par la SS Panzerdivision, en tenue de camouflage blanche.
Celui d'un sous-officier parachutiste allemand tué le lendemain lors de la contre attaque américaine mené au corps à corps dans la cuisine de la maison Pickering. Il est couché sur le dos, veste déboutonnée, le portefeuille ouvert et des photos de famille traînant par terre à côté. Visiblement, un pilleur de cadavre est passé par là.
Dans le secteur de Haguenau seul, cette attaque du 25 janvier avait coûté 958 morts ou blessés, 304 prisonniers, soit 1 262 victimes
.
Route de Soufflenheim, on peut voir des cadavres de soldats allemands tués lors de la Libération en mars, notamment au coin de la rue Sachsenhausen, le fusil encore à la main.

 

Pour plus de détails, vous pouvez consulter les deux liens ci-dessous, dont est tiré cet article.

 

Partager cet article

Repost 0
3 novembre 2015 2 03 /11 /novembre /2015 12:37
La triste histoire de l'Alsace vendue se répète

Très beau et très complet, à transmettre à vos amis étrangers.

 

UN BEAU RÉCIT DE NOTRE HISTOIRE LOCALE  !   on y découvre notamment l'origine du surnom de "HASEBOCK"

 

Notre ALSACE ET MOSELLE

Transférer n'est pas faire de la politique!!

 

Histoire cachée de l'Alsace et de la Moselle.

L'actualité récente, de la réforme territoriale, soulève de vives tensions en France et particulièrement en Alsace. La France donne des leçons de patriotisme aux Alsaciens !

 

L'histoire de l'Alsace est entachée par de multiples exactions de la part de la république française . . .

Je commence à 1870 sans développer les drames de la révolution française et le massacre lorrain de la guerre des paysans, sujets que je ne maîtrise pas assez.

 

En 1871 Napoléon III perd la guerre qu'il mène contre la Prusse. S'ensuit un armistice et le Traité de Francfort où l'Alsace et la Moselle ont été données à l'Allemagne à la suite de négociations. On a négocié et donné l'Alsace-Moselle, contre leur gré, à l’Allemagne, contre des avantages.

 

La France nous a «vendus» à l'Allemagne.

C'est suite à un vote de l'assemblée nationale, QUASI-UNANIME ! que nos départements sont devenus allemands. Pour la petite histoire, quand les trois députés sont sortis de l'assemblée nationale dans l'indifférence générale, parce qu'ils n'étaient plus français, un seul député a pris la peine de se lever pour les saluer. Alsace et Moselle sont alors restées 47 ans allemandes .

Tout à fait logique donc que l'Alsace qui était germanophone autant que francophone déjà avant 1870 s'est progressivement sentie allemande, tout comme elle se sent aujourd'hui française.

 

De la première à la seconde guerre mondiale

Puis arrive la guerre de 14-18. Là, comme les poilus, les alsaciens et les mosellans, se battant pour l’Allemagne, découvrent l'horreur de la guerre des tranchées entre autres au Hartmannswillerkopf (le Vieil Armand, « la mangeuse d’hommes»). La plupart des alsaciens qui y sont morts, sont morts sous les balles françaises.

 

Si on nous a accueillis les bras ouverts pendant quelques jours, la réalité a très vite changé et on nous a fait payer d'avoir été allemands (pourtant c'est la France qui nous a vendus à l'Allemagne).

A cette époque là, la France a commis d'innombrables exactions, pour franciser brutalement, les territoires retrouvés. On mettait par exemple les habitants de l'Alsace-Moselle dans différentes catégories en fonction de leur degré de germanisme qui étaient marqué sur leur carte d'identité.

Je vois là une certaine analogie avec l'étoile jaune qu'on faisait porter au juifs, plus tard. Ceux qui faisaient partie de la pire «race», la catégorie D, ont carrément été expulsés vers l'Allemagne, même s'ils étaient nés en Alsace. Ça s'appelle de l'épuration ethnique !

 

Pour ceux qui ont eu l'honneur de rester en France, le pays des droits de l'homme et du citoyen, qui s'est battu pour nous sauver  de l'oppression allemande, ils ont connu une véritable politique visant à leur arracher tout ce qu'il y avait en eux pouvant rappeler un quelconque germanisme. Il fallait faire d'eux des parfaits petits français sur le modèle parisien.

 

La seconde guerre mondiale : on en arrive à 1939-40, le plus gros traumatisme commence.

Les civils alsaciens et lorrains sont évacués vers le sud ouest de la France, où ils sont souvent très mal accueillis parce qu'on les considère allemands. 

La guerre éclate, l'armée française fuit et oppose très peu de résistance à l'envahisseur, ce qui déçoit énormément les alsaciens par rapport à la France valeureuse qu'on leur a vantée depuis 1918 à coups de propagande.

 

Revenant sur leurs terres, ils constatent le fait accompli, l'annexion se préparait.

Cet épisode vaut aujourd'hui encore le surnom de « Hàsebock » (lièvre) au reste des français, de la part des alsaciens et des mosellans, parce que l'armée française a détalé comme des lièvres, devant l'armée allemande.

 

Quelques mois après la France n'a montré aucune réticence à laisser les allemands annexer Alsace et Moselle Ce qui apparait pour les alsaciens une nouvelle fois comme un abandon.

 

Seuls une fois de plus, les alsaciens ont donc du vivre occupés, dans des conditions bien pires que le reste de la France. Il leur était par exemple interdit de parler français ou alsacien.

 

On avait notre camp de concentration rien que pour nous : le Struthof et Le camp de Schirmeck , en allemand Sicherungslager Vorbruck-Schirmeck , fut un camp de redressement tristement célèbre, tant d'alsaciens y ont séjourné parce qu'ils ont osé à un moment ou à un autre se montrer hostile au régime nazi. Il était destiné aux Alsaciens et Mosellans réfractaires au régime nazi, hommes et femmes, ainsi qu'aux représailles sur les familles.

 

En 1943, 100 000 alsaciens et 30 000 mosellans sont enrôlés de force dans la Wehrmart et dans la SS. Ceux qui prétendent que les SS étaient tous volontaires se trompent donc également. Cet enrôlement fait malheureusement participer 13 d'entre eux au massacre d'Oradour, un 14 e qui a été reconnu volontaire dans la SS, a été exécuté, tandis que les 13 autres ont bénéficié d'une amnistie.

Oui ce qui s'est passé à Oradour est d'une horreur terrifiante, un crime de guerre, une honte inqualifiable. 

 

Mais qu'il en résulte des phrases du type « de toute façon la plupart des malgrés-nous étaient volontaires », il y a un fossé abyssal avec la réalité et ce dont on en pense trop souvent en France. Dois-je rappeler que la plupart des "malgré-nous "étaient envoyés au front russe, que s'ils refusaient de servir l'armée allemande, ils étaient fusillés, et leur famille tout entière pouvait l'être, ou au mieux, internée au Struthof en représailles ? Parmi les héros qui ont essayé de se rendre aux russes, la plupart étaient exécutés sur le champ parce qu'ils étaient incapables d'expliquer leur situation aux soldats russes.

 

Dois-je rappeler aussi que pendant que la France fêtait sa victoire, 18 000 malgré-nous "étaient retenus prisonniers dans des conditions épouvantables” (on parle d'une ration alimentaire journalière deux fois moins calorifique qu'à Auschwitz) jusqu'en 1955.

Dix ans de captivité dans des camps de concentrations alors que le reste de la France a connu moins de 5 ans de guerre.

 

Dois-je rappeler encore que ce sont les autorités françaises qui insistaient auprès de l'URSS pour que ces prisonniers soient libérés, évitant ainsi de produire des témoignages négatifs sur le communisme ?

 

La république française prend soin de censurer cette réalité, comme beaucoup de pages sombres de l'histoire française, en ne la faisant pas figurer dans ses ouvrages scolaires ou alors très peu. Il est très facile de critiquer les "malgré-nous" en 2014 dans une France en paix, derrière son ordinateur. Moi je n'ai pas la prétention de pouvoir affirmer avec certitude que j'aurais tenté quelque chose d'héroïque pour me révolter, si j'avais été à leur place.

 

Après la guerre, on pourrait penser que là c'était la fin des problèmes pour les alsaciens, mais non ! la réintégration à la France s'est faite elle aussi dans la douleur ! Depuis 1945 la France essaie à nouveau de nous franciser pour nous fondre dans la masse (comme les troufions en Algérie), n'ayant pas compris sa grossière erreur de l'entre- deux guerres.

 

Et aujourd'hui ?

Aujourd'hui la France a pratiquement réussi à faire ce que l'Allemagne nazie n'a pas réussi à faire de nous : 

- anéantir notre identité (moins de 3% des moins de 17 ans alsaciens comprennent encore la langue régionale,

  • la quasi-totalité d'entre eux ignorent partiellement ou totalement les faits historiques.
  • J’aime cette Alsace des vallons, des plaines, des montagnes et des petits recoins qui ne se retrouvent dans nulle autre région française.

 

J'aime Strasbourg avec ses quartiers si différents et si riches de cœurs gros, fiers d'appartenir à cette métropole capitale chargée d’Histoire. Et surtout, j'aime les Alsaciens car ils ne ressemblent à personne.

 

Ce sont des dizaines de nationalités qui ont creusé cette terre et pourtant tous ceux qui restent en Alsace l'aiment et la défendent. Qu'est-ce qui fait que nous sommes ce que nous sommes ? Notre géographie bien sûr, mais d'abord notre Histoire.

 

Aujourd'hui, un président de gauche veut définitivement rendre notre région " normale ”. Monsieur Hollande, puisqu'il s'agit bien de vous, il y a déjà quelque mois,

Jean-Luc Mélenchon, votre ancien ami et votre futur allié demandait la suppression du Concordat. Je lui avais écrit mon opposition. Il n'a jamais daigné me répondre. Peut-être un député alsacien de la République ne mérite pas qu'il s'abaisse à cela 

Aujourd'hui vous voulez inscrire la loi de 1905 de séparation des Églises et de l'état cité en son article 1.

Cela ne laisse aucun doute sur votre objectif : vendre l'histoire de l'Alsace à une alliance électorale avec cette extrême gauche qui a toujours haï  les Alsaciens parce qu'ils sont profondément modérés, républicains, démocrates et travailleurs.

 

Sachez, Monsieur Hollande que si vous ne l'êtes pas, nous, nous sommes lucides sur les conséquences de votre choix.

 

La suppression des textes dit concordataires, malgré la bonne volonté de mon collègue député socialiste de Strasbourg , sera le premier échelon d'un engrenage fatal.

 

Au nom de l'égalité, il faudra supprimer bientôt aussi le droit local, le bilinguisme et, enfin, le régime local de la sécurité sociale d'Alsace-Moselle (car non déficitaire).

Est-ce de l'exagération de ma part ? Malheureusement, je ne le crois pas !

 

C'est en partie sur ces acquis de l'histoire que notre région a bâti sa richesse, ses universités, qu'elle a pu accueillir les entreprises étrangères conscientes de tous ces avantages qui permettent le maintien de la cohésion sociale.

 

Soyez conscients que les Alsaciens et les Mosellans ne vous suivront pas.

Nous les Alsaciens, avons un coeur mais aussi une tête.

Elle est bien faite et vous ne la couperez pas aussi facilement.

 

Jean-Philippe MAURER, ancien député du Bas-Rhin

 

Alsaciens et Lorrains, ne vous laissez pas faire et défendez les idées de ce député ! en transférant ce courrier à tous vos contacts!

 

Apparemment ce texte ci-dessus a été modifié et falsifié, le vrai texte de Jean-Philippe MAURER serait celui-ci:

 

J'aime Strasbourg avec ses quartiers si différents et si riches de cœurs gros, fiers d'appartenir à cette métropole capitale chargée d’Histoire. Et surtout, j'aime les Alsaciens car ils ne ressemblent à personne.

Ce sont des dizaines de nationalités qui ont creusé cette terre et pourtant tous ceux qui restent en Alsace l'aiment et la défendent. Qu'est-ce qui fait que nous sommes ce que nous sommes ? Notre géographie bien sûr, mais d'abord notre Histoire.

Aujourd'hui, un président de gauche veut définitivement rendre notre région " normale ”. Monsieur Hollande, puisqu'il s'agit bien de vous, il y a déjà quelque mois,
Jean-Luc Mélenchon, votre ancien ami et votre futur allié demandait la suppression du Concordat. Je lui avais écrit mon opposition. Il n'a jamais daigné me répondre. Peut-être un député alsacien de la République ne mérite pas qu'il s'abaisse à cela 
Aujourd'hui vous voulez inscrire la loi de 1905 de séparation des Églises et de l'état cité en son article 1.
Cela ne laisse aucun doute sur votre objectif : vendre l'histoire de l'Alsace à une alliance électorale avec cette extrême gauche qui a toujours haï les Alsaciens parce qu'ils sont profondément modérés, républicains, démocrates et travailleurs.

Sachez, Monsieur Hollande que si vous ne l'êtes pas, nous, nous sommes lucides sur les conséquences de votre choix.

La suppression des textes dit concordataires, malgré la bonne volonté de mon collègue député socialiste de Strasbourg , sera le premier échelon d'un engrenage fatal.

Au nom de l'égalité, il faudra supprimer bientôt aussi le droit local, le bilinguisme et, enfin, le régime local de la sécurité sociale d'Alsace-Moselle (car non déficitaire).
Est-ce de l'exagération de ma part ? Malheureusement, je ne le crois pas !

C'est en partie sur ces acquis de l'histoire que notre région a bâti sa richesse, ses universités, qu'elle a pu accueillir les entreprises étrangères conscientes de tous ces avantages qui permettent le maintien de la cohésion sociale.

Soyez conscients que les Alsaciens et les Mosellans ne vous suivront pas.
Nous les Alsaciens, avons un coeur mais aussi une tête.
Elle est bien faite et vous ne la couperez pas aussi facilement.

Jean-Philippe MAURER, ancien député du Bas-Rhin

Partager cet article

Repost 1
9 avril 2015 4 09 /04 /avril /2015 12:40
Halle aux Houblons de Haguenau

Halle aux Houblons de Haguenau

Au XIXe siècle, une halle fut construite afin de faire face à l'essor de la culture du houblon autour de Haguenau. La halle fut construite en 1867 selon le projet de l'architecte municipal Guntz. En 1881, elle fut prolongée de quatre travées et la façade postérieure reçut un avant corps. En 1908, une deuxième halle, plus petite, lui fut adjointe.

La Halle aux Houblons se compose de plusieurs salles dont la salle de la Rôtisserie (RDC, aile droite) et la salle de permanences (RDC, aile gauche).

 
 
Un peu d'histoire pour ceux que ça n'intéressait pas au Lycée:

Charles Louis Napoléon Bonaparte, dit Louis-Napoléon Bonaparte puis Napoléon III, est né à Paris, le 20 avril 1808 et mort à Chislehurst au Royaume-Uni, le 9 janvier 1873. Il est le premier président de la République française, élu le 10 décembre 1848 au suffrage universel masculin, avant d'être proclamé empereur des Français le 2 décembre 1852 sous le nom de Napoléon III.

Troisième fils de Louis Bonaparteroi de Hollande, et d'Hortense de Beauharnais, il naît prince français et prince de Hollande : neveu de l'empereur Napoléon Ier il est à la fois neveu et petit-fils de l'impératrice Joséphine (sa grand-mère maternelle). Exilé après la chute de l'Empire, conspirateur avec son frère aîné pour l'unité italienne, il devient héritier présomptif du trône impérial après les morts successives de son frère aîné Napoléon Louis en 1831, et du duc de Reichstadt (Napoléon II, roi de Rome) en 1832.

Ses premières tentatives de coup d'État, mal préparées (Boulogne, Strasbourg), échouent. Il est condamné à l'emprisonnement au Fort de Ham.

Mais il profite des suites de la Révolution française de 1848 pour se faire élire représentant du peuple puis président de la République. Son coup d'État du 2 décembre 1851 met fin à la Deuxième République, et lui permet l'année suivante de restaurer l'empire à son profit. Face à l'opposition des républicains, des libéraux de Thiers, de certains monarchistes et des catholiques (après l'unité Italienne), il donne à son pouvoir uncaractère autoritaire qui s'atténue après 1859 pour laisser place, progressivement, à un « empire libéral ».

La philosophie politique qu'il met en place, et qu'il a présentée dans ses Idées napoléoniennes et dans L'Extinction du Paupérisme (1844), est une synthèse d'un bonapartisme mêlé à du romantisme, du libéralisme autoritaire, et du socialisme utopique. Le règne de cet admirateur de la modernité britannique est marqué par un développement industriel, économique et financier sensible, portée par une forte croissance mondiale qu'illustre la transformation de Paris sous l'autorité du préfet Haussmann.

Sa politique extérieure vise à restaurer la puissance française en Europe et dans le monde. Il rompt l'isolement diplomatique voulu au Congrès de Vienne par trois puissances de la Sainte Alliance : son entente avec la Grande-Bretagne lors de la Guerre de Crimée contre la Russie, son soutien aux mouvements nationaux en particulier lors de l'unité italienne contre l'Empire d'Autriche, et ses diverses opérations outre-mer parfois en coalition avec la Grande-Bretagne permettent l'agrandissement du territoire (NiceSavoie) ainsi qu'une expansion coloniale et commerciale. Elle provoque cependant l'hostilité de la Prusse et subit un échec au Mexique.

La fin de son régime est scellée à l'issue du piège de la Dépêche d'Ems et de la bataille de Sedan, le 2 septembre 1870, lors de la guerre franco-prussienne, où l'Alsace-Moselle est annexée à l'empire allemand. Le 4 septembre 1870, la République est proclamée. Napoléon III part en exil en Angleterre, où il meurt en janvier 1873.

 

 

Partager cet article

Repost 0
27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 05:30

 

Dans un club de violonistes deux musiciens bavardent. Un Lorrain et un Alsacien.

Tous les deux sont fiers de leur talent.

Le Lorrain dit :

La semaine dernière j'ai joué un concerto dans la Cathédrale de METZ, devant 6 000 personnes.

Tu vas pas me croire, mais j'ai tellement bien joué que j'ai fait pleurer la statue de la Sainte Vierge...

Perplexe, l’Alsacien hoche la tête, et dit:

Moi, hier, à la cathédrale de STRASBOURG , j'ai joué devant plus de 10 000 Alsaciens, tu vas pas me croire mais à un moment, j'ai vu Jésus se décrocher de la croix et venir vers moi.

Je me suis arrêté de jouer, et dans un silence de mort, il m'a dit:

- Mon fils, j'espère que tu connais bien ta partition ! 

Surpris je lui dis :

- Seigneur, je la connais ma partition, pourquoi tu me dis ça ?

Et il m'a répondu :

- Parce que la semaine dernière, à la cathédrale de METZ, un petit Lorrain prétentieux a tellement mal joué qu'il a fait pleurer ma mère!

Vive la future Région Alsace-Lorraine! Ha!

 

 

Choucroute garnie

Choucroute garnie

Avec 272 975 habitants, Strasbourg centre de gravité d'une aire urbaine de plus de 700 000 habitants

Partager cet article

Repost 0
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 07:24

Noël couleur garance du 23 novembre 2013 au 5 janvier 2014 à l'Espace Saint-Martin


Exposition* - Hommage au Rouge de Haguenau

 

à l'ancienne Chapelle Saint-Martin


 

WP_003079.jpg  WP_003078-copie-1.jpg

 

 

WP 003075 

 

Arbre de Noël, façon Calendrier de l'Avent, par le Musée du Bagage de Haguenau

 

WP_003076.jpg

 

La garance est une plante de la famille des rubiacées, dont la racine était utilisée pour teindre les tissus en rouge. Du XVè au XIXè siècle, l'Alsace a été une des principales régions productrices de teinture rouge. La ville de Haguenau était la locomotive de cette importante industrie.

En 1778, 10 000 familles réparties dans 120 communes de Basse-Alsace fournissent de la garance à la seule famille Hoffmannn, la plus importante maison de garanciers de la ville. Cette période constitue l'apogée de la production de "Hagnauer Roth".

 

L'Exposition - Hommage au Rouge de Haguenau a lieu à l'ancienne chapelle Saint Martin de Haguenau, qui est en cours de restauration pour en faire un lieu d'exposition et d'animation culturelle. 

WP 003072 

Historique de la chapelle:

Cette chapelle est inscrite à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 1930; elle possède une architecture octogonale typique avec une belle coupole.

C'est une ancienne chapelle d'hôpital conforme au type d'hôpitaux à la française de style Louis XV avec la chapelle au centre, les ailes en U vers la rue encadrant une cour. Elle est placée sous le vocable Saint Martin.

Les niveaux supérieurs sont ajourés de grandes baies rectangulaires vitrées; le décor du choeur, de style baroque, est formé de rocailles, de rosiers grimpants et de vases de fleurs. Le fronton de la chapelle rapelle une allégorie de la charité.

Les vitraux datent de 1924 et sont l'oeuvre de Théophile Bohl. Le vitrail intérieur représente Saint Martin, date de 1966 et est signé Tristan Ruhlmann.

Vous pouvez subventionner la Fondation du patrimoine pour la restauration de l'ancienne chapelle Saint Martin de Haguenau:

Tél 03 88 22 32 15

 www.alsace@fondation-patrimoine.org  

 

Partager cet article

Repost 0
17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 19:22

                                                blason-copie-1.gif

 

         Haguenau, ma belle de 900 ans  

 

 

Haguenau la belle, façonna son habitat près d'une rivière,

L'Alsacienne Hawenaa* naquit en 1115 sur une île de la Moder,

Frédéric le Borgne y fit élever en pierres une forteresse,

Frédéric Premier à la Barberousse dans une ville en liesse,

 

Rendit Haguenau impérial dans le Saint-Empire romain germanique.

D'une ville libre de la Décapole, elle en devint un chef lieu magnifique.

La fin de la Guerre des Trente ans lui fit perdre son statut libre,

Rebelle à la France, Louis XIV l'éventra tout en la laissant vivre.

 

Finalement incorporée à perpétuité à la France par le Roi Soleil,

L'Alsacienne se mit à aimer la France gardant tous ses sens en éveil,

L'Allemagne n'entendit pas cela de cette oreille et par trois fois viola cet amour, 

Abandonnée par la France, l'Alsacienne se forgit son indépendance non glamour.

 

Haguenau ville aux trois fleurs, ta beauté tarde tant à être reconnue,

Européenne précoce par ton histoire, ton charme n'a jamais été mis à nu.

Naissance d'un champion qui n'est point né dans une rose quintefeuille

A Sébastien Loeb, la rose sauvage d'aubépine rendit un nonuple accueil...  

 

 

 

Doc de Haguenau le 17 octobre 2013

 

 

 

*Hawenaa est le nom de la ville de Hagenau en dialecte alsacien local

 

 

      Aubepinepx-Common_hawthorn_flowers-copie-1.jpg 

 

 

 

 

Vous voulez connaître l'histoire de Haguenau, cliquez sur le lien

http://www.dorffer-patrick.com/article-haguenau-et-son-histoire-69353004.html 

 

 

Partager cet article

Repost 0
17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 19:22

                                                blason-copie-1.gif

 

         Haguenau, ma belle de 900 ans  

 

 

Haguenau la belle, façonna son habitat près d'une rivière,

L'Alsacienne Hawenaa* naquit en 1115 sur une île de la Moder,

Frédéric le Borgne y fit élever en pierres une forteresse,

Frédéric Premier à la Barberousse dans une ville en liesse,

 

Rendit Haguenau impérial dans le Saint-Empire romain germanique.

D'une ville libre de la Décapole, elle en devint un chef lieu magnifique.

La fin de la Guerre des Trente ans lui fit perdre son statut libre,

Rebelle à la France, Louis XIV l'éventra tout en la laissant vivre.

 

Finalement incorporée à perpétuité à la France par le Roi Soleil,

L'Alsacienne se mit à aimer la France gardant tous ses sens en éveil,

L'Allemagne n'entendit pas cela de cette oreille et par trois fois viola cet amour, 

Abandonnée par la France, l'Alsacienne se forgit son indépendance non glamour.

 

Haguenau ville aux trois fleurs, ta beauté tarde tant à être reconnue,

Européenne précoce par ton histoire, ton charme n'a jamais été mis à nu.

Naissance d'un champion qui n'est point né dans une rose quintefeuille

A Sébastien Loeb, la rose sauvage d'aubépine rendit un nonuple accueil...  

 

 

 

Doc de Haguenau le 17 octobre 2013

 

 

*Hawenaa est le nom de la ville de Hagenau en dialecte alsacien local

 

 

 

 

      Aubepinepx-Common_hawthorn_flowers-copie-1.jpg 

 

 

 

 

Vous voulez connaître l'histoire de Haguenau, cliquez sur le lien

http://www.dorffer-patrick.com/article-haguenau-et-son-histoire-69353004.html  

 

 

Haguenau 35 772 habitants en 2010 Département du Bas-Rhin Alsace du Nord

Partager cet article

Repost 0
6 avril 2012 5 06 /04 /avril /2012 05:35

250px-Wernerprokla.jpg *

 

 

Le droit local du travail en Alsace

 

Le vendredi Saint (jour de la mort de Jésus crucifié  à Jérusalem vers l'an 30 pendant la fête juive de la Pâque**, sous l'administration du Préfet Ponce Pilate) est un jour férié en Moselle 57 et en Alsace (Bas-Rhin 67 et Haut-Rhin 68).

Historique:

Annexés à l’Empire allemand par le traité de Versailles après la défaite française de 1871, ces trois départements sont redevenus français à l’issue de la 1ère guerre mondiale. Pendant les 47 années d’annexion, le droit français fut, dans beaucoup de domaines, progressivement remplacé par les lois d’Empire allemandes, ainsi que par des dispositions locales émanant d’instances législatives propres au Land « Alsace-Lorraine ». Le retour à la France en 1918 a vu la réintégration progressive des lois françaises, notamment par deux lois du 1er juin 1924 introduisant, l’une la législation civile et l’autre la législation commerciale dans les trois départements, mais aussi le maintien express d’un certain nombre de dispositions de droit local, inconnues du droit français ou jugés techniquement ou socialement « supérieures » à la législation française (Le Concordat).

L'Alsace-Moselle bénéficie de 2 jours fériés supplémentaires:

- La Saint-Etienne.

C'est le lendemain du jour de Noël, c'est-à-dire le 26 décembre. Ce jour est férié pour le personnel des entreprises. Dans la branche commerciale, le travail des salariés, mais aussi des apprentis, ne peut excéder 5 heures (certains statuts locaux pouvant réduire cette durée).

- Le Vendredi Saint. C'est le vendredi avant Pâques (Résurrection de Jésus-Christ dans la religion chrétienne)

 

DDTEFP Moselle/06 octobre 2004

(Metz, Strasbourg, Mulhouse chefs-lieux respectifs de la Moselle, du Bas-Rhin et du Haut-Rhin)

 

* La proclamation de l’Empire allemand (château de Versailles, 18 janvier 1871) : sur l'estrade le Kaiser Guillaume Ier, à sa droite le Kronprinz Frédéric-Guillaume, au pied de l'estrade, en blanc, le chancelier de l'Empire, prince de Bismarck.(Wikipedia)

** Pessa'h (hébreu פֶּסַח, Pessa'h, latin : Pascha « Pâque ») est l’une des trois fêtes de pèlerinage du judaïsme prescrites par la Bible, au cours de laquelle on célèbre l’Exode hors d’Égypte et le début de la saison de la moisson de l’orge qui inaugure le cycle agricole annuel.

 

Partager cet article

Repost 0

STOP TABAC & ANTI-SMOKING THERAPY

Et si vous arrêtiez de fumer? Ne repoussez pas tout le temps la décision à demain, une fois les complications arrivées, vous vous direz si seulement j'avais arrêté...

http://www.dorffer-patrick.com/article-sevrage-tabagique-j-arrete-de-fumer-mais-c-est-dur-tres-dur-65570244.html

 

The session consists first in a group therapy, and then in individual mesotherapy injections under the skin, with a small needle at both ears.
The mixture injected is purely homeopathic, it causes the disgust of the cigarette, he fought against the urge to smoke, irritability, and against the craving.
One session is required in almost all cases. 

Nicotine withdrawal by homeopathic mesotherapy 

Recherche

Disclamer-Contenu du site

Tous les articles, images, vidéos, blagues, photos... présents sur ce site proviennent soit de moi, soit d'autres sites Web comme le mien, soit bien souvent m'ont été envoyés par Email.

Elles n'ont pas à ma connaissance de Copyright, et je ne connais pas le nom de leurs auteurs la plupart du temps.

Par ailleurs, l'essentiel du contenu de ce site est déjà largement diffusé sur le Net, et je suis ainsi bien incapable de déterminer son origine exacte.

Toutefois, si vous êtes l'auteur et ne désirez pas qu'une de vos créations apparaissent sur ce site, contactez moi par courriel, et je les retirerais.

Si vous possédez des droits sur des images, des vidéos... et, si vous désirez qu'ils ne soient publiés sur ce site, veuillez me prévenir par mail, je m'engage à les retirer dès réception de votre demande.

Il en résulte que le Site décline toutes responsabilités quant à l'utilisation qui pourrait en être faite par autrui.

 

">

Pages

J'adore la vie, l'humour, et bien plus

J'adore la vie, l'humour, les critiques objectives ou parfois pas, une soif d'informations. Je râle, je pousse des coups de gueule, je m'exprime, j'informe.

SONDAGE

Météo Strasbourg

Info circulation