Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 06:59

 

Syndrome hémolytique et urémique (SHU)

 

Le syndrome hémolytique et urémique (SHU) est une maladie le plus souvent d’origine alimentaire, rare en France mais potentiellement grave aux âges extrêmes de la vie ; elle est la principale cause d’insuffisance rénale aiguë chez les enfants de moins de trois ans.
C’est une maladie à déclaration obligatoire dans le cadre des toxi-infections alimentaires collectives.

Agent

L’agent bactérien responsable du SHU typique appartient à l’espèce Escherichia coli, le plus souvent de sérotype O157:H7. La production de shigatoxines est responsable de la maladie. On peut retrouver ces bactéries sous diverses appellations : STEC (Escherichia coli produisant des shigatoxines) ou VTEC (Escherichia coli produisant des verotoxines)

Réservoir

Les intestins des bovins constituent le principal réservoir de STEC.
La contamination de l’aliment provient le plus souvent d’une hygiène défectueuse lors de la traite ou de l’abattage des animaux
Les viandes hachées constituent le risque majeur en raison d’une possible contamination à cœur par ces bactéries lors de l’opération de hachage.

Mode de contamination

  • La contamination est le plus souvent alimentaire : ingestion d’un aliment consommé cru ou peu cuit ( concombre, laitue, tomate...).
    La viande de bœuf, en particulier hachée, est le plus souvent la cause.
    Le lait cru et les produits à base de lait cru sont également impliqués, de même que de façon plus exceptionnelle, la consommation de légumes crus ou d’eau non traitée (eau de puit par exemple) contaminés pas des déjections animales.
  • Une transmission inter-humaine par transmission oro-fécale au sein des familles ou des collectivités est possible par défaillance des mesures d’hygiène.
  • Les contacts directs avec des animaux contaminés ou leurs déjections peuvent également être en cause.Il est à noter que la dose infectante est très faible.

Epidémiologie

70 à 100 cas environ sont signalés chaque année en France depuis la mise en place de la surveillance en 1996.
Alors que la majorité des cas signalés sont sporadiques, l’année 2005 a été marquée par la survenue de deux épidémies (voir en annexe).

Clinique

Le syndrome hémolytique et urémique typique se manifeste aux âges extrêmes de la vie, surtout chez le jeune enfant.
Le SHU constitue une complication grave d’un épisode de diarrhée souvent sanglante, pouvant évoluer dans 10 % des cas vers une anémie hémolytique, une thrombopénie (baisse des plaquettes) et une insuffisance rénale aiguë, qui constituent les principales caractéristiques du SHU. Néanmoins, le taux de mortalité est actuellement inférieur à 5 % dans la littérature et à 1% en France

Diagnostic

Biologiquement, la confirmation se fait :

  • Par coproculture (analyses des selles) permettant l’isolement et l’identification complémentaire du sérogroupe en cause (par exemple O157) d’Escherichia coli. Les selles doivent être prélevées le plus tôt possible après le début des symptômes (moins de 6 jours).
  • Par PCR (technique d’amplification génique) sur les selles avec caractérisation des gènes de virulence codant les Shigatoxines (Stx1 et Stx2) et les facteurs d’adhésion (eae). C’est la méthode la plus sensible. Elle est réalisée seulement dans des laboratoires spécialisés (Centre national de référence (CNR) des Escherichia coli et Shigella et laboratoire associé au CNR.)
  • Par sérodiagnostic : recherche des anticorps anti-lipopolysaccharides spécifiques de certains serogroupes de E.coli, à J0 et à J15 de la date de survenue du SHU. Il est réalisé au Centre national de référence (CNR) des Escherichia coli et Shigella.

Déclaration

En dehors des toxi-infections alimentaires collectives (TIAC), le SHU n’est pas une maladie à déclaration obligatoire. Toutefois, quand il entre dans les critères de déclaration des TIAC, le foyer doit être signalé sans délai et par tout moyen approprié au Médecin Inspecteur de Santé Publique de la Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales, par le clinicien ou le responsable du laboratoire.
Un réseau national de surveillance existe depuis 1996. Mis en place par l’Institut de Veille Sanitaire en collaboration avec la Société de néphrologie pédiatrique, il repose sur des services de néphrologie pédiatrique d’établissements de santé répartis sur l’ensemble du territoire métropolitain.

Traitement

La prise en charge est hospitalière avec des mesures symptomatiques, en particulier, dialyse et transfusion.

Prévention

Dans le cadre de la prévention du syndrome hémolytique et urémique de l’enfant, deux catégories d’aliments sont notamment en cause : les viandes hachées et les produits à base de lait cru.

Les viandes hachées.
Pour prévenir le SHU :

  • La chaîne du froid doit être respectée.
  • La viande hachée par le boucher à la demande doit être consommée dans la journée, et les steaks hachés surgelés ne doivent pas avoir subi une rupture de la chaine du froid ou une décongélation.
  • La cuisson des viandes, et surtout de la viande hachée de bœuf, doit être effectuée à cœur. Pour cela, il faut s’assurer que la viande est cuite au centre et qu’elle n’est plus rosée.Le lait cru
    C’est un aliment très fragile qui peut être facilement contaminé par des bactéries. Le programme national nutrition santé recommande de ne jamais donner de lait cru à un enfant de moins de trois ans.
  •  
    Cette recommandation vaut également pour les produits à base de lait cru : beurre, crème fraîche et fromages au lait cru.
  • Il faut préférer pour les enfants :
  • Les fromages à pâte pressée cuite type Gruyère ; Emmental, Comté, etc.
  • Les fromages au lait pasteurisé.
    Plus largement, la prévention du syndrome hémolytique et urémique de l’enfant passe, comme pour toute toxi-infection alimentaire, par le respect de gestes simples :
  • Le lavage des mains doit être systématique avant la préparation des repas, en sortant des toilettes ou après avoir changé les couches d’un nourrisson.
  • Les légumes, les fruits et les herbes aromatiques doivent être soigneusement lavés, particulièrement lorsqu’ils sont consommés crus.
  • Les plats cuisinés et les restes alimentaires doivent être suffisamment réchauffés et consommés rapidement.
  • Les enfants ne doivent pas boire d’eau non traitée (eau du puit…)
  • La conservation des aliments crus doit se faire séparément des aliments cuits ou prêts à être consommés.
  • Les ustensiles de cuisine et le plan de travail doivent être soigneusement lavés, en particulier lorsqu’ils ont été en contact préalablement avec de la viande crue.
  • Source Lien: link
  • http://www.sante.gouv.fr/syndrome-hemolytique-et-uremique-shu.html

Partager cet article

Repost0

commentaires

EricL 26/06/2011 10:01



Bonjour,


Quand j'étais gamin je buvais chaque matin du lait cru, et je buvais en jouréne du lait cru pas chauffé. L'hygiène dans les abbatoir et dans les boucheries était bien moins performante.


Le nombre de malades était certainement plus élevé, mais vu le tableau q'uon en fait, ces maladies auraient du tuer les gens à tout bout de champ.


Une fois de plus je ne pige pas qu'on pointe l'hygiène, car trop d'hygiène tue l'hygiène, j'en sais quelque chose, l'histoire des bactéries qui se mettent à résister n'est pas une légende, c'est
une réalité et j'ai vu des résistances à la Javel, et des belles, dans un milieu pourtant très hygiènique.


Le monde du vivant est un équilibre, et la composante vivante ne peut être réduite à une science industrieuse. Il faut aussi chercher les causes dans les manipulations sur animaux, et les
comportements alimentaires.


En complexifiant les chaines de production, on introduit des inducteurs nouveaux dont on ne connait pas les effets. Mais il est une chose qu'il serait simple d'appliquer : le bon sens, cf la
vache folle qui n'est ni plus ni moins que la maladie de l'homme se faisant Dieu.


Le jour où l'on aura pigé que la nature n'est pas manipulable selon nos souhaits, c'est à dire sans limites, on aura fait un grand pas. En attendant, continuons donc de vivre dans la peur et
l'angoisse, avec une super hygiène mais avec les nouvelles maladies.


EricL


 



Doc de Haguenau 26/06/2011 10:10



l'origine de tous ces maux, le rendement, les bénéfices, le capitalisme !



L'humour Est La Meilleure Thérapeutique

  • : Doc de Haguenau
  • Doc de Haguenau
  • : Humour, Nutrition et santé, Politique, Sport, Histoire, Alsace, Râler, Actualités
  • Contact

STOP TABAC & ANTI-SMOKING THERAPY

Et si vous arrêtiez de fumer? Ne repoussez pas tout le temps la décision à demain, une fois les complications arrivées, vous vous direz si seulement j'avais arrêté...

http://www.dorffer-patrick.com/article-sevrage-tabagique-j-arrete-de-fumer-mais-c-est-dur-tres-dur-65570244.html

 

The session consists first in a group therapy, and then in individual mesotherapy injections under the skin, with a small needle at both ears.
The mixture injected is purely homeopathic, it causes the disgust of the cigarette, he fought against the urge to smoke, irritability, and against the craving.
One session is required in almost all cases. 

Nicotine withdrawal by homeopathic mesotherapy 

Recherche

Disclamer-Contenu du site

Tous les articles, images, vidéos, blagues, photos... présents sur ce site proviennent soit de moi, soit d'autres sites Web comme le mien, soit bien souvent m'ont été envoyés par Email.

Elles n'ont pas à ma connaissance de Copyright, et je ne connais pas le nom de leurs auteurs la plupart du temps.

Par ailleurs, l'essentiel du contenu de ce site est déjà largement diffusé sur le Net, et je suis ainsi bien incapable de déterminer son origine exacte.

Toutefois, si vous êtes l'auteur et ne désirez pas qu'une de vos créations apparaissent sur ce site, contactez moi par courriel, et je les retirerais.

Si vous possédez des droits sur des images, des vidéos... et, si vous désirez qu'ils ne soient publiés sur ce site, veuillez me prévenir par mail, je m'engage à les retirer dès réception de votre demande.

Il en résulte que le Site décline toutes responsabilités quant à l'utilisation qui pourrait en être faite par autrui.

 

Pages

J'adore la vie, l'humour, et bien plus

J'adore la vie, l'humour, les critiques objectives ou parfois pas, une soif d'informations. Je râle, je pousse des coups de gueule, je m'exprime, j'informe.

Météo Strasbourg

Info circulation