Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 07:00

 

 

Les médicaments génériques sont-ils dangereux ?

Par Marie-Laure Makouke   -  Publié le 25 mars 2011 Terrafemina
 


 

 

Pour certains, ils sont moins efficaces que les médicaments d’origine et peuvent s’avérer dangereux. Pour d’autres, ils en sont une copie fidèle, tant sur le plan de l’efficacité que celui de la sécurité. Plus de dix ans après l’introduction massive des médicaments génériques en France, le débat perdure.

Les médicaments génériques sont-ils dangereux ?

Les médicaments génériques sont-ils dangereux ?

Alors qu’en Allemagne et aux Etats-Unis, la part des prescriptions de médicaments génériques atteint 40 %, en France, ils peinent encore à se faire une place dans les armoires à pharmacie des particuliers. En effet, dix ans après l’autorisation pour les pharmaciens de remplacer un médicament original par son générique, ce dernier est encore diabolisé par une large partie de la population française. Dans sa ligne de mire, l’efficacité et la dangerosité de ces copies.
Et si les patients sont divisés, il en va de même pour les professionnels de santé. Certains y voient une manœuvre visant à réduire le déficit de la Sécurité Sociale au détriment des malades tandis que les autres cherchent encore la cause de toute cette polémique.
Et vous, vous méfiez-vous des médicaments génériques ?

Valérie N'Guyen, pharmacienne et Patrick Dorffer, médecin généraliste, nous ont donné leur avis…

Pour : Valérie N'Guyen, pharmacienne

Pour : Valérie N'Guyen, pharmacienne

« De nombreux génériques sont fabriqués dans les mêmes laboratoires que les médicaments d’origine. Les deux versions sont alors identiques à 100 %. »

« Les médicaments génériques sont sans aucun risque pour la santé. En France, les normes sanitaires sont très strictes. Les autorités ne permettraient donc jamais qu’un produit dangereux, de qualité médiocre ou une « contrefaçon », comme j’ai déjà pu l’entendre, soit introduit sur le marché pharmaceutique national.
En effet, un médicament générique n’est ni une sous-marque ni un produit de second choix. Sa fabrication est rendue possible suite à l’expiration d’un brevet (d’une durée de 20 ans) accordé à un laboratoire pour exploiter une molécule précise. Une fois cette dernière dans le domaine public, les concurrents peuvent l’exploiter à leur tour et copier la formule dont elle est la base, donnant ainsi naissance au médicament générique. Ainsi, pour différencier les deux versions, il a été décidé que le médicament d’origine (le princeps) serait vendu sous son nom commercial et le générique sous son appellation scientifique (ou dénomination commune internationale).
Mais bien qu’il s’agisse d’une copie, le médicament générique est identique sur des points essentiels au princeps. Au même dosage, il remplit donc les mêmes critères de sécurité et d’efficacité que l’original.
Les détracteurs des génériques leur reprochent de ne pas être absolument identiques au médicament d’origine. Ils n’ont pas complètement tort, et c’est là leur seule faille. Effectivement, la diffusion de leurs principes actifs est parfois différente de celle du princeps. Toutefois, à l’exception des traitements antiépileptiques, cette variation n’a aucune incidence sur le plan médical et est indécelable par le patient. Enfin, de nombreux médicaments génériques, sont fabriqués dans les mêmes laboratoires que les princeps. Les deux versions sont alors identiques à 100 %.
Dans la plupart des cas, pour la grande majorité des médicaments consommés par les Français, la substitution du princeps par le générique est donc absolument sans danger. »

Contre : Docteur Patrick Dorffer, médecin généraliste

« On tente de nous convaincre qu’un médicament générique est identique à l’original. C’est faux ! »

« La prescription de médicaments génériques est dangereuse à plusieurs égards. Il faut d’abord savoir qu’une partie des sommes dépensées par les Français lors de l’achat de médicaments sert à financer les recherches pour trouver de nouveaux traitements. Or, si tous les patients se mettent à acheter des médicaments à moindre coût, qu’en sera-t-il du budget des laboratoires ?
Par ailleurs, les patients, et notamment les personnes âgées, sont perdus lorsque leur pharmacien substitue un générique au médicament original. Je le constate régulièrement. En effet, les séniors se fient à l’emballage, à la couleur ou à la forme des médicaments pour suivre leurs traitements ; des détails qui varient entre un générique et un princeps, et même entre deux génériques. Malheureusement, pour cette catégorie de la population, ces différences peuvent provoquer des erreurs de posologie avec de graves conséquences (somnolence, chutes, etc.).
Par ailleurs, on tente de nous convaincre qu’un médicament générique est identique au princeps. C’est faux ! En effet, plusieurs problèmes ont été relevés quant à la pharmacocinétique (le devenir des substances actives dans l’organisme) de certains génériques. Ainsi, pour certains patients souffrant de tension artérielle, il m’a par exemple fallu doubler le dosage quand un seul comprimé princeps suffisait. De plus, certains patients souffrant d’allergies respiratoires ont vu leur asthme redoubler d’intensité après que leur pharmacien ait remplacé le traitement d’origine par des comprimés génériques. Enfin, des cas d’allergies à des excipients présents dans les génériques, mais absents de la composition originale, ont été enregistrés.
Souvent moins chers, les médicaments génériques servent davantage, selon moi, à soigner les colonnes comptables de la Sécurité sociale plutôt que la santé des malades. Or, pour boucher le trou de la Sécurité sociale, le gouvernement aurait mieux fait de baisser les prix des médicaments puisque c’est lui qui les fixe. »

 

PS:

Merci à Marie-Laure pour son interview.
 

http://www.terrafemina.com/vie-privee/bien-etre/articles/3219-les-medicaments-generiques-sont-ils-dangereux--.html

Partager cet article

Repost0

commentaires

heclot 26/03/2011 13:16



très enrichissant le commentaire unique sur terrafemina. Suite au tir ainsi qu'a la réactivité de ce professionnel concerné je m'interroge sur l'objectivité de l'article de terrafemina.
En tant que malade mon BESOIN est un médicament me conduisant vers le retour à la santé avec le moins d'effets secondaires et celà au moindre coût pour moi et la société. L'article présente
l'avis de 2 professionnels mais n'apporte pas de réponse au consommateur; a se demander si terrafémina n'est pas l'outil de ses sponors ??      STOP au "gavage" et
manipulation du consommateur



Doc de Haguenau 26/03/2011 15:43


Un pharmacien propriétaire d'une officine a une meilleure marge bénéficiaire sur la vente des génériques par la sécurité sociale, que sur les médicaments non génériqués. Du coup en gagnant plus sur
le générique, le pharmacien pronera toujours la vente du générique, vu qu'il y est gagnant financièrement! No more comment !


heclot 26/03/2011 09:36



très bien d'oser afficher son avis. Est ce qu'un fabricant se fait de l'autoconcurrence??? c'est le même principe actif; les mêmes ingrédients??? donc même coût???? Soit les princepts c'est du
"vol" dans le cas d'équivalence avec le générique, soit qu'il y a une différence.


Le médicament ponctionne le client et les caisses pour remplir la caisse de ???? l'important c'est la santé des groupes pharmaceutique


hcl



Doc de Haguenau 26/03/2011 10:56



c'est le principe même du capitalisme de faire des bénéfices sur le dos des autres!



mondea2 26/03/2011 08:59



Ah ces génériques, très mauvais plan !



Doc de Haguenau 26/03/2011 10:57



:(((((((((((((((



L'humour Est La Meilleure Thérapeutique

  • : Doc de Haguenau
  • Doc de Haguenau
  • : Humour, Nutrition et santé, Politique, Sport, Histoire, Alsace, Râler, Actualités
  • Contact

STOP TABAC & ANTI-SMOKING THERAPY

Et si vous arrêtiez de fumer? Ne repoussez pas tout le temps la décision à demain, une fois les complications arrivées, vous vous direz si seulement j'avais arrêté...

http://www.dorffer-patrick.com/article-sevrage-tabagique-j-arrete-de-fumer-mais-c-est-dur-tres-dur-65570244.html

 

The session consists first in a group therapy, and then in individual mesotherapy injections under the skin, with a small needle at both ears.
The mixture injected is purely homeopathic, it causes the disgust of the cigarette, he fought against the urge to smoke, irritability, and against the craving.
One session is required in almost all cases. 

Nicotine withdrawal by homeopathic mesotherapy 

Recherche

Disclamer-Contenu du site

Tous les articles, images, vidéos, blagues, photos... présents sur ce site proviennent soit de moi, soit d'autres sites Web comme le mien, soit bien souvent m'ont été envoyés par Email.

Elles n'ont pas à ma connaissance de Copyright, et je ne connais pas le nom de leurs auteurs la plupart du temps.

Par ailleurs, l'essentiel du contenu de ce site est déjà largement diffusé sur le Net, et je suis ainsi bien incapable de déterminer son origine exacte.

Toutefois, si vous êtes l'auteur et ne désirez pas qu'une de vos créations apparaissent sur ce site, contactez moi par courriel, et je les retirerais.

Si vous possédez des droits sur des images, des vidéos... et, si vous désirez qu'ils ne soient publiés sur ce site, veuillez me prévenir par mail, je m'engage à les retirer dès réception de votre demande.

Il en résulte que le Site décline toutes responsabilités quant à l'utilisation qui pourrait en être faite par autrui.

 

Pages

J'adore la vie, l'humour, et bien plus

J'adore la vie, l'humour, les critiques objectives ou parfois pas, une soif d'informations. Je râle, je pousse des coups de gueule, je m'exprime, j'informe.

Météo Strasbourg

Info circulation