Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2016 7 07 /02 /février /2016 07:59

Le monument du 16 mars 1945

Haguenau: Stèle du franchissement de la Moder par les Américains

 

Le monument du 16 mars 1945 à Haguenau célèbre le jour anniversaire du franchissement de la Moder par les Américains et de la libération définitive de la ville des allemands nazis.

 

La première pierre de ce monument est posée le 16 mars 1946, en présence du général de Lattre de Tassigny et du général américain Smith. L’inauguration a lieu le 14 juillet 1947. Avec son avancée triangulaire, il symbolise les chars américains fonçant vers l’autre rive ; il comporte deux bas-reliefs en bronze coulé. 

De ce monument, emporté et détruit par une crue exceptionnelle de la Moder en janvier 1955, seuls les deux bas-reliefs sont récupérés et fixés sur un support maçonné ; l’un représente le passage de la Moder par les chars américains, l’autre porte un texte commémoratif.

LA MODER

LA MODER

Haguenau: Stèle du franchissement de la Moder par les Américains
MONUMENT DU 16 MARS 1945
Matériaux
Pierre, bronze coulé
Créateurs
Concepteur : Théo Berst
Datation
1946 - 1947

 

 

 

   La seconde Libération

Le contexte historique.

Après la première libération de Haguenau, le 11 décembre 1944, les troupes américaines poussent leur avance jusqu'à la frontière nord du Bas-Rhin.

Le 31 décembre 1944, Adophe Hitler déclenche l'opération Nordwind par laquelle il espère encercler la 7e Armée américaine et reconquérir Strasbourg. Les Américains se replient et établissent la ligne de front sur la Moder, en passant par Haguenau. Le jeudi le 25 janvier 1945, les Allemands attaquent et franchissent la Moder en face du quartier du Château Fiat en passant par l'écluse de l'usine Pickering.  

Les combats les plus durs se déroulent dans la soirée, notamment dans les premières maisons des Quatre-Vents.

Une rude bataille de chars entre la 14e Division Blindée US et la SS Panzerdivision a eu lieu au niveau des prés entre l'actuel hypermarché CORA et le camp d'Oberhoffen (au niveau de l'actuelle route du Rhin).

L'attaque allemande est bloquée à la route de Bischwiller. Le soir, Hitler abandonne l'opération Nordwind, y compris la tête de pont sur la Moder. Mais les combats ne cessent pas pour autant.
Vendredi 26 janvier, dès le matin, les Américains reprennent l'usine Pickering par un combat en corps à corps. A partir de ce moment, le front reste stable jusqu'à la libération finale du 15 mars 1945.

La 36e Division durant la Seconde Guerre Mondiale. Le franchissement de la Moder.

Au front nord, les 1e et 9e Armées américaines ont atteint le Rhin. Profitant d'une maladresse fatale allemande, les Alliés le traversent la première fois le 7 mars 1945 au pont Ludendorff près de Remagen.

Après l'établissement d'une tête de pont, le Feld-maréchal Albert Kesselring, remplaçant de Von Rundstedt en tant que commandant supérieur de l'armée allemande au front de l'ouest, dirige la suite des opérations vers d'autres secteurs.

Début mars, la 3e armée américaine avance vers le sud et encercle un grand nombre d'Allemands.

Le 15 mars, les 3e et 7e Armées américaines déclenchent une attaque dans le but de détruire définitivement les forces allemandes à l'ouest du Rhin, en Sarre et dans le Palatinat.

La 36e Division, une partie du VIe Corps, est placée au flanc de l'armée dans le secteur de Haguenau. Sur sa droite, entre celle-ci et le Rhin, on trouve la 3e Division algérienne française et à gauche la 103e Division "Cactus".

Deux objectifs sont données au 36e : briser la ligne de la défense de l'ennemi le long de la Moder pour permettre à la 14e Division Blindée d'avancer ; ouvrir une brèche dans la ligne Siegfried ; puis saisir Bergzabern et flanquer du côté droit la partie de la Ligne Siegfried face aux forces françaises.

Les Allemands ont établi une ligne de défense le long de la Moder depuis début février 1945. La Division de Haguenau se trouve face à la grande forêt au nord de la ville.

Pour que la 14e Blindée puisse avancer, il faut y tailler une vraie brèche, franchir trois rivières, la Moder, la Zinsel et la Sauer, et y jeter des ponts.

La route de Haguenau à Soultz doit être dégagée car elle sera l'axe principal d'approvisionnement du Corps. Comme elle traverse la grande forêt de Haguenau sur des kilomètres, la progression par là aurait été trop lente. L'effort principal de la Division est donc orienté vers la zone dégagée à l'ouest, au-delà de la forêt.

Sans aucune préparation d'artillerie, le 15 mars, à 1 h du matin, le 3e bataillon attaque par surprise. La Compagnie K du Lieutenant O'Dean Cox avance sur un terrain sans aucune possibilité de dissimulation ni de couverture, et fortement semé de mines antipersonnelles. La route est dégagée et le village de Bitschoffen pris tôt le matin. Repoussée trois fois, la compagnie se reforme et reprend le village, bien qu'un tiers de ses hommes soient tués ou blessés. La compagnie K reçoit la citation présidentielle pour cet acte de bravoure et le commandant de la Division dira plus tard en la remettant : "A ma connaissance, aucune unité n'a jamais autant mérité cette citation.

Sur l'extrême droite de la Division, la 141e a comme tâche de dégager Haguenau, puis d'ouvrir la route vers Soultz. Le 13 mars, quelques tentatives préliminaires sont faites pour traverser la Moder à Haguenau dans le but d'établir la tête de pont et d'y lancer un pont. À 3 h, les 1e et 15e bataillons avancent au delà de Haguenau tandis que le 2e dégage le reste de la ville. Le 3e est tenu en réserve et couvre le flanc gauche, tandis que la 36e troupe de reconnaissance garde le contact avec les Français du côté droit.

Cependant l'avance est lente. Haguenau n'est entièrement dégagée, et les lignes de défenses allemandes le long de la forêt ne sont anéanties que le 15. Par la suite, le 3e bataillon est rattaché au 16e pour dégager la route. C'était surtout un travail pour des engins mécaniques, difficile en raison des mines.Tôt le matin, les 1e et 17e bataillons sont embarqués sur des camions et quittent Haguenau ; ils passent par Mertzwiller pour contourner la forêt et attaquer la dernière résistance sur le flanc et à revers. La Sauer est traversée la nuit et Surbourg est pris. La route principale vers Soultz est ainsi ouverte. Pfc. Silvestre S. Herrera du 142e CMH a perdu les deux pieds, arrachés par une mine allemande en forêt de Haguenau. Alors que sa compagnie a cherché à se protéger du feu ennemi, Herrera a tiré vers un point d'appui allemand et l'a détruit avec des grenades et un fusil mitrailleur M-1.

Après la bataille.

Le lendemain de la Libération, les civils circulent partout librement à la recherche de parents et amis, et surtout de ravitaillement. Les Américains ont tout abandonné en quittant leurs tranchées.

Au Schloessel, le ramassage est fructueux pour le premier arrivé car on y trouve des boîtes de "rations" non entamées, des couvertures en laine, des pièces d'uniformes, des toiles de tente et même des armes et des munitions.

Les tranchées sont jonchées de petit mobilier, de tapis et de literie, matériel prélevé par les soldats dans les maisons voisines pour améliorer leur confort.

Mais ce n'est pas sans danger car de nombreux endroits sont minés et on déplore de nombreux accidents parmi les civils. Les cadavres font partie du paysage. Ceux des soldats américains sont enlevés mais il reste encore ceux des Allemands. Etant donnée l'accoutumance au danger et à la mort après ces terribles semaines, leur présence passe presque inaperçue dans ce paysage chaotique semé de décombres de toutes natures. Celui d'un jeune soldat allemand, sur la route du Château Fiat, est desséché et presque momifié, et d'autres sont dans les champs. Tout le long de la vallée de la Moder on voit des taches blanches : les cadavres de l'attaque du 25 janvier 1945 poussée dans la neige jusqu'à la route de Bischwiller par la SS Panzerdivision, en tenue de camouflage blanche.
Celui d'un sous-officier parachutiste allemand tué le lendemain lors de la contre attaque américaine mené au corps à corps dans la cuisine de la maison Pickering. Il est couché sur le dos, veste déboutonnée, le portefeuille ouvert et des photos de famille traînant par terre à côté. Visiblement, un pilleur de cadavre est passé par là.
Dans le secteur de Haguenau seul, cette attaque du 25 janvier avait coûté 958 morts ou blessés, 304 prisonniers, soit 1 262 victimes
.
Route de Soufflenheim, on peut voir des cadavres de soldats allemands tués lors de la Libération en mars, notamment au coin de la rue Sachsenhausen, le fusil encore à la main.

 

Pour plus de détails, vous pouvez consulter les deux liens ci-dessous, dont est tiré cet article.

 

Partager cet article

commentaires

MondeA2 08/02/2016 06:06

Passé devant plusieurs fois, sans savoir !

STOP TABAC & ANTI-SMOKING THERAPY

Et si vous arrêtiez de fumer? Ne repoussez pas tout le temps la décision à demain, une fois les complications arrivées, vous vous direz si seulement j'avais arrêté...

http://www.dorffer-patrick.com/article-sevrage-tabagique-j-arrete-de-fumer-mais-c-est-dur-tres-dur-65570244.html

 

The session consists first in a group therapy, and then in individual mesotherapy injections under the skin, with a small needle at both ears.
The mixture injected is purely homeopathic, it causes the disgust of the cigarette, he fought against the urge to smoke, irritability, and against the craving.
One session is required in almost all cases. 

Nicotine withdrawal by homeopathic mesotherapy 

Recherche

Disclamer-Contenu du site

Tous les articles, images, vidéos, blagues, photos... présents sur ce site proviennent soit de moi, soit d'autres sites Web comme le mien, soit bien souvent m'ont été envoyés par Email.

Elles n'ont pas à ma connaissance de Copyright, et je ne connais pas le nom de leurs auteurs la plupart du temps.

Par ailleurs, l'essentiel du contenu de ce site est déjà largement diffusé sur le Net, et je suis ainsi bien incapable de déterminer son origine exacte.

Toutefois, si vous êtes l'auteur et ne désirez pas qu'une de vos créations apparaissent sur ce site, contactez moi par courriel, et je les retirerais.

Si vous possédez des droits sur des images, des vidéos... et, si vous désirez qu'ils ne soient publiés sur ce site, veuillez me prévenir par mail, je m'engage à les retirer dès réception de votre demande.

Il en résulte que le Site décline toutes responsabilités quant à l'utilisation qui pourrait en être faite par autrui.

 

">

Pages

J'adore la vie, l'humour, et bien plus

J'adore la vie, l'humour, les critiques objectives ou parfois pas, une soif d'informations. Je râle, je pousse des coups de gueule, je m'exprime, j'informe.

SONDAGE

Météo Strasbourg

Info circulation